Labyrinthite : diagnostic et traitement

Vous ressentez un état de vertige permanent, comme si vous étiez en état d’ébriété. Vous souffrez de déséquilibres, couplés peut-être avec des bourdonnements dans l’oreille. C’est très désagréable et fatiguant… Si vous avez récemment souffert d’une affection virale ou bactérienne des voies ORL, vous souffrez probablement d’une labyrinthite, c’est-à-dire d’une inflammation de l’oreille interne.

vertiges LABYRINTHITE
La labyrinthtite est particulièrement handicapante.

Les symptômes d’une labyrinthite sont communs avec d’autres affections liées à l’oreille interne comme la névrite vestibulaire ou le syndrome de Mesnière. Et de fait les traitements sont communs en grande partie. Mais le pronostic à long terme et le déroulement de la maladie diffèrent, et pour cela il est important de pouvoir spécifier son diagnostic.

Vous voulez savoir à quoi vous en tenir et quelles étapes vous devez suivre pour gérer au mieux votre maladie ? Audialy vous présente ici les causes et les symptômes précis de la labyrinthite ainsi que les étapes de son diagnostic et de sa prise en charge médicale.

Labyrinthite : qu’est-ce que c’est ?

Le labyrinthe contient tous les éléments de l’oreille interne, dans un complexe dédale osseux rempli de liquide, creusé dans l’os temporal. Il comprend principalement :

labyrinthe oreille interne
Le bien nommé labyrinthe est cet ensemble osseux contenant les organes de l’oreille interne. La « maison de l’escargot » est la cochlée, organe auditif, et le corps et les antennes (en arches) de « l’escargot » sont le vestibule, organe de l’équilibre. En vert, les nerfs qui transportent l’information auditive et vestibulaire vers le cerveau.
  • Le vestibule : c’est l’organe de l’équilibre, chargé de receuillir les informations sensorielles recueillies sur l’espace, la direction, les mouvements corporels, puis de les transmettre au système nerveux central. Si le vestibule est enflammé, et que de fait le message sensoriel est endommagé, cela va créer des vertiges et des nausées.
  • La cochlée : c’est l’organe de l’audition, qui recueille et transmet les messages auditifs au cerveau. C’est cette sorte de « petit escargot » enroulé autour du nerf auditif, dans la partie antérieure du labyrinthe.

A la suite d’une affection ORL de type viral (le plus souvent) ou bactérienne, le labyrinthe peut se retrouver en état d’inflammation. Cette inflammation va endommager le recueil et la communication sensorielle des organes du labyrinthe et provoquer des symptômes importants tels que les vertiges, les nausées ou des sifflements.

Labyrinthite : symptômes

Les patients se plaignent généralement des symptômes suivants :

Troubles vestibulaires

  • Sensation d’ébriété, que tout tourne autour de soi, ou
  • Sensation de mal de mer, de sentir des vagues comme sur un bateau, ou bien plutôt,
  • Impression de chute, de déséquilibre brusque
  • Nausées, accompagnées ou non des vomissements, en conséquence des symptômes vestibulaires

Ces sensations sont aggravées par le mouvement, les transports, la lecture (tout ce qui fait bouger le point de vue) et peuvent nécessiter un alitement pendant toute la durée de la crise.

Troubles auditifs 

Autres symptômes

Parmi les autres signes de la labyrinthite, on retrouve souvent :

  • Une grosse fatigue, sensation de ne jamais avoir eu autant besoin de sommeil, un manque de concentration
  • Des douleurs sévères : plus rares, mais certains patients peuvent se plaindre de douleyrs aiguées au niveau de l’oreille interne
Crise de labyrinthite.
L’alitement est parfois la seule position envisageable en cas de crise de labyrinthite. Intenses vertiges, fortes nausées, voire vomissements, souvent, seule la sédation des symptômes va soulager le patient (calmant, antihistaminique, médicaments pour le mal des transports).

Ces symptômes peuvent être très sévères, tout spécialement à leur déclenchement, ou bien ils peuvent être plus doux, et survenir à certains moments de la journée seulement. L’inflammation va se résorber d’elle-même en quelques jours voire quelques semaines, mais des traitements peuvent être proposés pour améliorer les symptômes.

Dans de rares cas, les symptômes peuvent devenir chroniques ou des séquelles vont s’installer. Ces cas sont rares et une bonne prise en charge médicale, et un suivi, permettent de les prévenir.

Attention, même si vos symptômes ne sont pas sévères, il ne faut absolument pas conduire, ni manier d’objets dangereux (objets tranchants, eau bouillante…), pendant toute la durée de la maladie, à cause de la survenue soudaine des vertiges et des déséquilibres. 

Labyrinthite aigue, séreuse, ou purulente?

Bien que la structure osseuse et la membrane du labyrinthe protègent efficacement le vestibule et la cochlée des infections et virus, dans certains cas il y a une atteinte inflammatoire en réponse à l’affection de proximité.

Les différents types de labyrinthite se définissent par les causes et les symptômes premiers :

  • Labyrinthite aigue ou virale : peut être confondue avec un cas de névrite vestibulaire car les symptômes sont d’intenses vertiges et vomissements, non associés avec des problèmes auditifs. On retrouve généralement une origine virale (ex. rhume ou grippe) dont la portée s’est étendue à l’oreille interne. Ces cas sont rares, et se résorbent avec l’arrêt de l’atteinte virale. Des traitements sont donnés pour améliorer les symptômes.
  • Labyrinthite séreuse ou toxique : quand la membrane de l’oreille interne devient perméable aux toxines microbiennes qui infectent l’oreille moyenne (en cas d’otite), il peut y avoir une inflammation séreuse de l’oreille interne en réaction de défense. L’affection se caractérise par une augmentation du liquide du labyrinthe, qui créé les symptômes vestibulaires (moins sévères que dans la labyrinthite aigue) et auditifs (perte des aigus généralement et/ou sensation de réverbération).
  • Labyrinthite purulente  ou suppurée : l’oreille interne est infectée directement par la bactérie, au cours d’une infection de l’oreille moyenne (otite), après une perforation du tympan ou au cours d’une méningite. De vives douleurs et de la fièvre accompagnent alors les symptômes sévères vestibulaires et auditifs (acouphènes et perte auditives). Il faut traiter sans tarder pour éviter toute séquelle auditive notamment.

Névrite vestibulaire et Syndrome de Ménière : symptômes communs, affections différentes

Les symptômes labyrinthiques sont communs avec d’autres maladies proches à différencier; notamment:

  • La névrite vestibulaire : autrement appelée « neuronite vestibulaire ». Ici, les nerfs vestibulaires sont ceux directement touchés par l’inflammation (d’origine généralement virale). Ces nerfs sont ceux qui transportent le message sensoriel du labyrinthe au cerveau. La névrite vestibulaire ne cause pas de troubles de l’audition (perte de l’acuité ou sifflements par exemple) car seuls les nerfs vestibulaires (transportant les messages liés à l’équilibre, aux mouvements corporels etc.) sont endommagés par l’inflammation.
  • Le syndrome de Ménière : il s’agit d’une maladie chronique, dont les crises sont imprévisibles et très handicapantes. Certains patients souffrent de plusieurs crises par an et d’autres plusieurs par semaine. Il n’y a pas de traitement pour prévenir les crises et prolonger les rémissions. C’est également une maladie de l’oreille interne, qui peut se rapprocher de la labyrinthite séreuse, par le fait que le liquide labyrinthique, l’endolymphe, est produit en excès. Les perceptions sonores liées à l’espace sont alors mal recueillies par le vestibule ce qui déclenche des perturbations de l’équilibre (forts vertiges, nausées, alitement nécessaire) et de l’audition. Les médecins pensent qu’un trouble auto-immun pourrait être à l’origine de cette maladie chronique.

Le diagnostic de la labyrinthite

En se basant sur les descriptions du patient, le médecin doit éliminer différentes causes pour confirmer et spécifier une labyrinthite. L’examen du patient vérifie généralement :

  • Au niveau des yeux : il y a un Nystagmus, c’est-à-dire des petits mouvements rapides et involontaires qui signent l’atteinte vestibulaire, car la stabilité et la coordinationd es yeux sont garanties par les informations gérées par le vestibule
  • Au niveau de l’audition : il y a un trouble auditif associé aux troubles de l’équilibre. Sans symptôme auditif, il sera difficile de différencier une labyrinthite d’une névrite vestibulaire.
  • Au niveau vestibulaire : il existe des tests pour quantifier l’atteinte vestibulaire (potentiels évoqués vestibulaires myogéniques) 
  • Au niveau neurologique : par le biais de l’imagerie (scanner our IRM) ou de tests physiques, le médecin peut vérifier s’il n’y a pas de troubles neurologiques

Les traitements de la labyrinthite

Si on l’identifie une otite, une sinusite ou une autre cause infectieuse, il faut traiter la cause bactérienne par des antibiotiques adaptés. Il s’agit d’endiguer l’infection le plus rapidement possible pour éviter toutes séquelles, notamment auditives.

En cas d’atteinte virale (s’il y a ou il y a eu grippe ou rhume), la labyrinthite devrait se résorber de façon spontanée. Mais quand il est difficile de spécifier l’atteinte première, virale ou bactérienne, on prescrit des antibiotiques par précaution, pour éviter toutes complications.

C’est pour les symptômes vestibulaires, souvent sévères et très handicapants, que le traitement devra être plus complet et personnalisé :

kiné-vestibulaire
Des sessions de kiné vestibulaire peuvent être prescrites, notamment en cas de crises persistantes et invalidantes, avec perte d’équilibre et difficulté à se concentrer. Des appareils sophistiqués permettent une rééducation du système vestibulaire qui permet de compenser les troubles.
  • kiné vestibulaire : encas de labyrinthite virale ou aigue, comme pour la névrite vestibulaire, des sessions de rééducation vestibulaire peuvent être prescrites. Il s’agit d’apprendre au système nerveux central à trouver de nouvelles stratégies pour garantir la stabilité des mouvements, de la vision, de la perception, malgré le déficit vestibulaire. La kiné vestibulaire va permettre d’éviter d’éventuelles séquelles, et de rendre plus vivables les symptômes tant qu’ils sont là.
  • Sédation des troubles vestibulaires : il s’agit « d’endormir » les symptômes, en utilisant des calmants (benzodiazépines notamment), des antihistaminiques, ou des médicaments contre le mal des transports. Les patients disent que ce sont les seuls moyens de vraiment faire face aux crises aigues, et qu’il faut généralement les associer à l’alitement. Attention à suspendre la sédation dès les premiers signes d’amélioration afin de ne pas retarder les compensations vestibulaires qui vont aider à un « retour à la normal » (spontané ou aidé par la kiné vestibulaire).
  • Médicaments anti-vertigineux : ces médicaments aident au rééquilibrage de l’activité neurale entre le système vestibulaire de gauche et de droite, et peuvent s’avérer efficace en cas de crise.
  • Solutions naturelles pour les symptômes vestibulaires : plusieurs plantes aident à améliorer les sensations de vertige ou de nausée, sous forme d’huile essentielle ou de tisane, et peuvent aider les atteintes légères. Citons notamment, le gingembre et le ginkgo biloba pour les vertiges, et la menthe poivrée pour les nausées. La mélisse est un bon calmant nerveux qui aide également en cas de crises.

Conclusion 

Très désagréables, parfois invalidantes, les crises d’une labyrinthite sont heureusement temporaires. L’accompagnement médical est toujours conseillé, d’une part pour vérifier qu’il n’y a pas d’infection à traiter d’urgence pour éviter toutes complications (comme des séquelles auditives), mais aussi pour mettre au point un traitement symptomatique personnalisé.

Qu’il s’agisse de kiné vestibulaire pour rééduquer la fonction de l’équilibre, ou bien de calmants pour aider à faire passer une crise, vous pourrez être grandement soulagés.

Notez cet article

Sources
Hôpitaux Universitaires de Genève. Vertiges. https://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/structures/medecine_de_premier_recours/documents/infos_soignants/vertiges_2010df.pdf Consulté le 23 mars 2021. Site de l’Assurance maladie. Ameli.fr. https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/vertiges/consultation-medicale-traitement Consulté le 23 mars 2021.